Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Gérald Bloncourt reçoit la Grande Croix de l'Ordre portugais du Infante D Henrique

Publié par bloncourt

CHAMPIGNY SUR MARNE:  INAUGuRATION DU MONUMENT DEDIE AUX IMMIGRES PORTUGAIS 11 JUIN 2016

Le president de la République Portugaise, Marcelo Rebelo de Sousa, decore de la grande Croix de l'Ordre du Infante D Henrique, Gerald Bloncourt, pour son oeuvre autour de l'Immigration Portugaise.

 

VOILÀ LE TEXTE DE L'INTERVENTION QUE JE ME PROPOSAIS DE DIRE, MAIS LE PROTOCOLE NE M'A PAS PERMIS DE LE FAIRE. JE VOUS INVITE À LA PARTAGER : 

CHAMPIGNY – 11 JUIN 2016

 

Monsieur le Président de la République Portugaise,

Mes amis portugais et français,

 

Réunis ce jour, sur les lieux mêmes où j’ai découvert, pour la première fois,  en 1964, il y a 52 ans — plus d’un demi-siècle !... les conditions de vie innommables, imposées aux immigrés portugais, je ne peux m’empêcher de vous dire l’émotion qui m’étreint.

 

J’entends encore les bruits des pas, les bruits des casseroles et les cris joyeux des enfants qui jouaient au milieu des taudis… J’entends encore les voix et les murmure de cette langue étrangère pour moi, qui étaient celles des fils et des filles des Grands Découvreurs, celles de ces héros qui nous ont ouverts le Monde, celle de Magellan, d’Henri le Navigateur, de Vasco de Gamma…

 

Je tremble au fond de moi, comme si m’habitaient les tremblements de terre qui ont bercé mon enfance, ma jeunesse, et finalement détruit tout ce que j’avais connu, aimé et partagé. C’est un véritable séisme qui m’habite, c’est une joie démesurée, une fierté désemparée, devant l’honneur qui m’est fait.

 

J’accepte humblement cette décoration que je partage avec ceux et celles dont j’ai été immédiatement solidaire et dont j’ai pénétré profondément les destins…

 

Des plaies béantes des bidonvilles de la région parisiennes, à celles des bas-fonds de Lisbonne, des Pyrénées d’hiver glacial aux bancs des salles d’attente de Hendaye,  du petit berger au manteau de paille à celles de ces arrivants épuisés en Gare d’Austerlitz, chargés comme des bêtes de sommes de valises sur leur dos, de ces enfants dormant dans les trains, sur les genoux de leur grand-mère, au fabuleux jour du premier 1er mai de la Liberté à  Lisbonne, éclatante, lumineuse, glorieuse de la chute d’une dictature  sordide, celle de Salazar. Derrière chacun de ces visages en joie,  il y avait le Portugal son demi-siècle d’obscurité, de misères, d’oppression …

 

Ce 2 Mai 1974, je suis revenu de Lisbonne… J’ai ramené, fiché sur ma casquette,  un œillet rouge du premier 1er mai de la Liberté… Je suis rentré les mains pleines de toutes ces mains tendues. …. Peuple tranquille et honnête tu venais de mettre à bas, avec tes fils soldats, ouvriers, paysans, tes militants torturés, le régime fasciste de Salazar et de son successeur Caetano..  Je suis rentré avec encore ces larmes de joie… Avec la confiance et l’espoir cueilli au coin de toutes ces rues où l’on n’en finissait plus de se rencontrer…

 

 

Je ne remercierai jamais assez ce peuple qui m’a accueilli  et aidé dans les banlieues de Lisbonne, à Porto, sur les chemins de Chavès, dans les petits villages du nord, qui m’a comblé de sourires, d’amitié, qui m’a fait découvrir sa cuisine, son fameux « vinoverde », qui m’a permis d’être des siens, de vivre sa détresse, de caresser l’espoir en une vie meilleure, de raffermir en moi cette conscience de solidarité et de volonté de lutte pour un monde nouveau… de justice et de paix…

 

Avec moi ce sont tous ces immigrés, tout un peuple, qui acceptons cette distinction…  Comment me serait-il possible de supporter seul le poids de cet immense hommage ?... Ensemble, nous nous réjouissons que soit ici honoré, dans cet espace, la mémoire de ceux qui y ont vécu, trimé, espéré…

 

Ce peuple a l’âme universelle. Il est héritier et porteur d’un grande civilisation… Il l’a prouvé, de façons irréfutables, en prenant dignement place dans cette France, qui malgré les vicissitudes et les contradictions, est porteuse malgré tout, des grandes idées du siècle des Lumières…

 

Merci, Monsieur le Président de la République Portugaise, merci à toutes et à tous.

 

Vive le Portugal, Vive Haïti, Vive la France…

 

Ola a toudouch

O brigado

Chto mouito Féliche

Vivé ou povou portuguèse

Vivé ou povou haitianou

Vivé ou povou de frança

Y viva a oumanidade intaera

______________________________________

Gérald Bloncourt

 

ALLEZ VOIR AUSSI

 

http://bloncourtblog.net/portugal.html

Gérald Bloncourt reçoit la Grande Croix de l'Ordre portugais du Infante D Henrique
Gérald Bloncourt reçoit la Grande Croix de l'Ordre portugais du Infante D Henrique
Gérald Bloncourt reçoit la Grande Croix de l'Ordre portugais du Infante D Henrique
Gérald Bloncourt reçoit la Grande Croix de l'Ordre portugais du Infante D Henrique
Gérald Bloncourt reçoit la Grande Croix de l'Ordre portugais du Infante D Henrique