Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

BLONCOURT PEINTRE

Publié par bloncourt

RETOUR AU SOMMAIRE

 
 

BLONCOURT Peintre

Gérald Bloncourt, né le 4 Novembre 1926 à Bainet (Haïti) est  le plus ancien peintre vivant de ce groupe qui fut à l'origine de la fabuleuse explosion des "peintres du merveilleux" qui démarra en 1944 à Port-au-Prince, sous l'égide de Dewitt Peters.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Je suis l'un des fondateurs cette année là, du CENTRE D'ART, avec Dewitt Peters, Geo Remponeau, Albert Mangonès, James Petersen, Maurice Borno, Raymond Coupeau.

Le Centre regroupa tous les artistes haïtiens, qu'ils fussent d'origine paysane ou citadine.

Grâce à Dewitt Peters ont pu, à l'époque, mettre à l'honneur, par exemple, l'Ecole du Cap, avec comme chef de file Philomé Obin.

Peters démontra entre autre, que les "vévé" qui trônaient dans les cimetières, étaient en fait des oeuvres d'art. Ils furent exposés, ce qui permit à de nombreux créateurs de se lancer dans les "fers forgés" magnifiants les rites vaudou et devenus depuis, célèbres.

La peinture haïtienne est souvent perçue uniquement comme celle des "naïfs" qu'ont célébrée Breton ou Malraux et que les marchands et collectionneurs américains, en mal de profits, ont propulsé au-devant de la scène du Marché de l'Art, estompant dans l'esprit du grand public européen surtout, les autres courants où foisonnent les Albert Mangonès, Geo Remponneau, James Petersen, Maurice Borno, Gérald Bloncourt, fondateurs avec Dewitt Peters, en 1944, du "Centre d'Art", les Lucien Price, Pétion Savain, Luce Turnier, Antonio Joseph, Tamara Baussan, Andrée Naudé, Lukner Lazard, Xavier Amiama, Dieudonné Cédor, Pierre Paillière, Jacques Enguerrand-Gourgue, etc... et par la suite les Gesner Armand, Roland Dorcely, Elzire Malebranche, Néhemy Jean, Georges Hector, Rose-Marie Deruisseau, Bernard Wah, Angel Bottello-Barros, Emilcar Simil, Jean-René Jérome, Philippe Dodard, Jean Pierre Théard, Ronald Mevs et tant d'autres, qu'il m'est impossible de les citer tous ici!

A faire le compte de ces peintres haïtiens dit "modernes", qui ont conquis une place mieux qu'honorable sur le marché américain même, on serait surpris de constater qu'ils sont en fait bien plus nombreux qu'on ne le pense généralement en regard des dénommés "naïfs", du moins de ceux qui ont vraiment marqué l'épopée de la peinture haïtienne des quarante dernières années.

Il ne faudrait pas, pour autant, minimiser le rôle de ces extraordinaires "naïfs", notamment ceux de la dynastie des Obin, des Guy Dorcin, des Eugène ou Jean-Baptiste Jean, des Etiennes Chavannes, Bottex et autres, qui ont été le vrai détonateur de cette fabuleuse aventure des "peintres du merveilleux".

Ils ont été - il faut absolument le répéter - à l'origine de cette moisson des peintres haïtiens de toutes les sortes d'Ecoles qui foisonnent dans le pays. Ce sont eux, en vérité, qui ont ouvert la brèche par où s'est engouffrée, à leur suite, toute la lignée de ces "autres" peintres.

Il faut aussi se garder, à l'exemple de certains journalistes nostalgiques de folklore, de renvoyer dos-à-dos "naïfs" et "modernes" car l'ensemble de leurs oeuvres est "la peinture haïtienne", marquée du sceau ancestral d'une même culture.

L'adjectif "naïf", à mettre entre guillemets, n'a jamais été clairement défini. Cédant à une confortable et surtout à une condamnable facilité sous la pression du "marché", beaucoup de soi-disant "critiques" ont recouvert de ce terme un ensemble de créateurs qu'il aurait été plus exact de nommer autrement. Je veux parler de ces "peintres humoristes", du "vaudou", de tous ces "peintres du rêve" dont les factures picturales n'ont rien à envier au génie de tous ces peintres du monde dont il ne viendrait à l'esprit de personne de les appeler "naïfs"! Malheureusement, le grand public et même des amateurs "avertis",ont été entraînés dans cette déplorable et profonde confusion! Confusion tellement enracinée au fil des ans, qu'une large majorité du public Français, par exemple, pense encore de nos jours, que la peinture haïtienne n'est que "naïve"!

Le terme "naïf", en peinture, n'est-il pas d'ailleurs trop souvent utilisé pour désigner, de façon un peu simpliste, celui qui peint d'instinct des scènes émaillées de toute une minutie dans le détail, sans connaissance en amont des dites règles de la perspective ou des soi-disant lois de la composition? "Naïf" en peinture devrait plutôt, à mon sens, signifier surtout : pureté. Pureté originelle. Le douanier Rousseau ne créait-il pas dans la solitude, sans référence vitale pour son oeuvre à des peintres ou à des courants "intellectuels" de son époque? Être "naïf" ne devrait pas davantage impliquer la non maîtrise du trait, du matériau ou des proportions, mais à coup sûr cette pureté authentique, pratiquement virginale, nécessaire à une retranscription non polluée du "moi intérieur". Un "moi" exprimé à travers une sorte de copie conforme et paradoxalement conformiste d'une vision offerte au stade premier, primitif, primaire, de la création. La non-digestion des données d'Ecoles qui, dans le cas du "naïf" haïtien, pullulent autour de lui, et dont il semble qu'il se soit préservé. L'arbitraire possible de sa libre expression.

Pour bien appréhender cette peinture haïtienne il faut savoir que ce pays a été un authentique creuset culturel, où se sont brassés les caraïbes, les envahisseurs espagnols, les terribles frères de la côte, flibustiers et pirates de tout poils, venus des terres de France, les Anglais, et plus de trente ethnies africaines. S'y sont mêlées leurs langues, leurs coutumes, leurs religions, s'y sont affrontées les armées napoléoniennes et les esclaves marrons, puis révoltés, qui conquirent leur Indépendance en 1804. Haïti, (terre de montagne en Indien), terre de rites, de mythes et de rythmes, terre de violences, terre du Vaudou, a toujours été terre des poètes, des peintres, des sculpteurs et des musiciens. Toute l'histoire d'Haïti témoigne de cette incessante activité. L'histoire précolombienne révèle l'art des caraïbes ou des Indiens Taïnos. Les esclaves venus d'Afrique ont laissé des traces sculptées de leurs cultures. Ne se comptent plus les créateurs anonymes, prêtres du vaudou, qui décoraient les "omforts"* d'effigies à la gloire de leurs "loas"**. Il faut citer les artistes "forgerons du vaudou", les premiers en tout cas, qui garnirent les cimetières de "vévés***" en métal, sans oublier ceux, éphémères, inscrits sur le sol lors des cérémonies vaudoues et qui disparaissaient sous les pas des danseurs "possédés". Ceci, encore jusqu'à nos jours.

Le roi Henri Christophe, dès 1807 encourage une certaine activité artistique. Deux artistes anglais ont enseigné à cette période à l'Académie royale de Milot. Vers 1820, à l'invitation d'Alexandre Pétion, l'artiste français Barincourt fonde une école d'art à Port-au-Prince. De1830 à1860, on sait que trente artistes haïtiens, dont certains avaient été formés en France, ont travaillé à Port-au-Prince et au Cap-Haïtien. Entre 1850 et 1859, l'empereur Soulouque fonde l'Académie impériale de dessin et de peinture. Vers 1860, le Président Geffrard crée une académie de peinture et de sculpture. En 1880, l'artiste haïtien Archibald Lochard ouvre une académie de peinture et de sculpture. En 1915, avec Normil Charles il fonde une nouvelle académie de peinture et de sculpture. L'artiste américain William Scott en 1930 pousse Pétion Savain à peindre. Enfin, en 1943, Dewitt Peters arrive en Haïti et devient la cheville ouvrière du Centre d'Art qui fut l'étincelle qui mit le feu aux poudres et provoqua cette formidable explosion de l'Art Haïtien.

Je fus connu, à l'époque pour mes dessins et mes aquarelles dont certaines appartenaient au Musée d'Art haïtien détruit par le terrible tremblement de terre de 2010.

J'ai exposé en Haïti à de nombreuses reprises, notament à la galerie Jean René Jérôme. J'ai présenté des oeuvres à Miami, New-Orléans,en France également, à la galerie Antoinette Jean et dans d'autres lieux.

J'ai illustré de nombreuses plaquettes ou revues. Je viens récemment d'avoir l'honneur d'illustrer, cette année, une brochure d'Amnesty International, qui a aussi édité en plus une carte postale avec l'une de mes toiles.Ces publications concernent la lutte pour que le dicateur Duvalier soit jugé pour ses crimes imprescriptibles contre l'humanité.

Je vous invite donc à prendre contact avec moi à : gerald.bloncourt@club-internet.fr

 

ALLER AUSSI  VOIR AUSSI MES GALERIE DE "DIGIGRAPHIES"

DIGIGRAPHIES - Galerie 1 

DIGIGRAPHIES - Galerie 2 

DIGIGRAPHIES - Galerie 3

TIRAGES D'ART LIMITÉS

DANS VOTRE SALON ?... POURQUOI PAS ? REGARDEZ? ..

----------------------------------------------------------------------------------------------------

CI-DESSOUS QUELQUES OEUVRES DE MA COLLECTION

0008- FEMMES - 2000 ©Gérald Bloncourt - copie

 

                                              0189- FEMMES - 2000
                                                ©Gérald Bloncourt

                                              Huile sur toile (65x54)

 

 

0074- L'EXIL - 199 - copie

                                                                     0074-L'EXIL - 1990
                                                                     Gérald Bloncourt

Encre de chine - A été choisi et agrandi à Beaubourg comme fond de scène pour la rencontre des écrivains de l'exil, il y a qq années

0082--NAIADES---JUILLET-2000-cGerald-Bloncourt----copie.jpg

                                                        0082- NAIADES - JUILLET 2000
                                                                   ©Gerald Bloncourt

                                                                        Huile sur toile

 

 

0190-LES-ZOMBIS-DE-FORT-DIMANCHE---HAITI----nov-2008-cGE.jpg

                                       0190-LES ZOMBIS DE FORT-DIMANCHE - HAÏTI -  nov 2008
                                                                                 ©Gérald Bloncourt 

                                                                                     Huile sur bois

Ce tableau a servi pour la couverture de la Brochure d'Amnnesty Internatiional - Dossier sur la dictature des Duvalier

 

 

0011-Anacaona-1996_1---copie.jpg

                                                      0011- ANACAONA REINE D'AYITI - 1996

                                                                              Huile sur bois
                                                                     ©Gérald BLONCOURT

                                   Ce tableau a été exposé deux fois à l'UNESCO et une fois au Centre Belleville

 

 

0001-LANGUEUR - HAITI - 1945 - copie

                                                                0001 - LANGUEUR - HAITI - 1945

                                                                                    Encres

                                                                           ©Gérald Bloncourt

Ce dessin a servi pour la couverture de mon livre :"MESSAGERS DE LA TEMPÊTE - André Breton et la Révolution de 1946 en Haïti" écrit en collaboration avec  Michaël Löwy.

 

  0009-FLORAISON---1996---copie.jpg

0009- FLORAISON - 1996 - Pastel gras
Gérald Bloncourt

 

0015--ISA-BELLE----1999-Gerald-Bloncourt---copie.jpg

0015- ISA-BELLE - 1999 - Huile sur toile

Gérald Bloncourt

 

0032--LES-GRACES---AOUT-2000--Gerald-Bloncourt---copie.jpg

0032- LES GRACES - AOÛT 2000 - Huile sur toile
Gérald Bloncourt

012N- MODELE AU 80 MONTPAR

012N- MODELE AU 80 MONTPARNASSE - fusain - 18,7x21- 8 mars 1948
Gerald Bloncourt  

 

 

013N--AU-80-MONTPARNAS.jpg

013N- AU 80 MONTPARNASSE - fusain - 19x28,7- 8 mars 1948
Gerald Bloncoourt

014N--AU-80-MONTPARNASS.jpg

014N- AU 80 MONTPARNASSE - fusain -17x28,5- 8 mars 1948
Gerald Bloncoourt

 

015N--PARIS-1946---premier-.jpg

015N- Paris 1946 - premier croquis fait en France - Dessin à la mine de plomb 23x30,5 - vu du 51 rue Claude Bernard
Gerald Bloncourt 

 

017N--ANTONY---.jpg

017N- ANTONY - aquarelle - 24x14- 1948
Gerald Bloncourt 

 

018N--VILLAGE-AU-BORD-DE-L-E.jpg

018N- VILLAGE AU BORD DE L'EAU - Aquarelle - 26,5x29 - 1948
©Gerald Bloncourt

0027-LA-MARCHANDE-DE-FRUITS-EN-HAITI---1994---copie.jpg 

0027- LA MARCHANDE DE FRUITS - HAÏTI - 1994
Gérald Bloncourt

0034--LES-LOAS--DIVINITES-DU--VAUDOU----HAITI---1999-Geral.jpg

0034- LES LOAS (DIVINITES DU  VAUDOU) - HAITI - 1999
Gérald Bloncourt

 

0035--LES-MARASSAS--JUMAUX----HAITI---1999-Gerald-Bloncour.jpg

0035- LES MARASSAS (JUMAUX) - HAITI - 1999
Gérald Bloncourt

 

0068--FRUCTIFERE----AOUT-2000-Gerald-Bloncourt---copie.jpg

0068- FRUCTIFERE - AOÛT 2000
Gérald Bloncourt

RETOUR AU SOMMAIRE

 

 

ALLEZ VOIR MES GALERIES DE DIGIGRAPHIES

BLONCOURT PEINTRE
BLONCOURT PEINTRE
BLONCOURT PEINTRE
BLONCOURT PEINTRE
BLONCOURT PEINTRE
BLONCOURT PEINTRE
BLONCOURT PEINTRE
BLONCOURT PEINTRE
BLONCOURT PEINTRE
BLONCOURT PEINTRE